l'Autre Regard Turballais

l'Autre Regard Turballais

Réflexion et information de la vie communale

Publié le par l'Autre Regard Turballais
Publié dans : #Info

Une page se ferme, une autre s'ouvre.

 

 

Lors du Conseil Municipal d'hier au soir, les six élus de la liste (Bien Vivre Ensemble) ont présenté leur démission.

Au bout de trois années de mandat, ils ont jugé que c'était le moment de passer le relais. Au sein de ce municipe, on leur a compliqué le travail en les tenant à l'écart, ne leur donnant pas d' information. Ceci est un manque de démocratie lors des commissions municipales et aussi un manque de respect des personnes.

Voici le texte ci-dessous lu par la tête de liste Joseph-Marie Berton

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 17 JANVIER 2017

Démission des élus du groupe d'opposition de la liste BIEN VIVRE ENSEMBLE

La décision des six élus minoritaires de mettre fin à cet instant à leur mandat de conseiller municipal pour les raisons qu’ils souhaitent expliquer.

L’équipe de l’opposition est rendu à la moitié du mandat municipal que leur ont confié les électeurs Turballais. C'est pour eux le moment de faire un bilan et de dresser des perspectives.

Le bilan est contrasté. Ils considèrent avoir fait de leur mieux pour défendre le bilan de l'équipe précédente dont ils faisaient partie, pour préserver les grands projets qui avaient été lancés (Dornabas, le Clos Mora...) et qui préparent l'avenir de la commune et pour contester les orientations de la majorité qu‘ils jugent aventureuses comme la vente de locaux commerciaux (place du Marché), le vente du terrain de camping....etc....

Ils annoncent avoir fait de leur mieux, et ils regrettent amèrement de n'avoir pas pu être plus actifs et pertinents.

La manière de diriger la municipalité et d'assurer le fonctionnement des instances par la majorité leur a compliqué leur travail en les tenant à l'écart des informations.

Ils n'ont pas pu participer comme ils le souhaitaient aux travaux des commissions où ils avaient des représentants, car ces commissions n'ont pas fonctionné de manière démocratique.

Les électeurs Turballais seront appelés à juger le moment venu et à trancher sur ces points.

C'est précisément la préparation de ce prochain rendez-vous électoral de 2020 qui guide aujourd'hui leur réflexion et leurs décisions.

L’équipe majoritaire aura à défendre son bilan.

Ils l'évalueront selon les critères des progrès qu'il aura permis pour la qualité de vie des concitoyens dans leur commune.

Leur souci aujourd'hui est de se préparer à proposer une alternative aux Turballais.

Leur souci est de créer les meilleures conditions pour la construction d'un projet ambitieux et réaliste pour la commune.Un projet qui s'appuie sur le potentiel de La Turballe et soit apte à se saisir de toutes les opportunités de développement économique qui se présenteront.

Dans ce domaine, pour ne citer que deux exemples récents, le manque de conviction pour l'éolien par le maire, et leur improvisation pour proposer une implantation crédible pour l'unité de valorisation du poisson non commercialisable. Ils ont brouillé les cartes et gâché des occasions de développement économique et de création d'emplois.

Les élus de l'opposition, estiment que s'ouvre la seconde mi-temps du mandat et qu'il faut du sang neuf pour poursuivre la mission et exercer les responsabilités que leur ont confiés les électeurs de la Turballe.

Ils rappellent qu‘ils représentent presque un électeur sur deux au vu de la faible différence de voix qui leur a donné la victoire. C'est la démocratie et ils ont toujours respecté le verdict des urnes.

La relève, l‘équipe a jugé que c‘était le moment de la mettre en oeuvre. Elle s'est préparée dans la suite de leur liste en la personne d'hommes et de femmes qui vont les remplacer dans les instances municipales et au sein du conseil municipal.

L’équipe Bien Vivre Ensemble.

Voir les commentaires

Publié le par l'Autre Regard Turballais
Publié dans : #Info

Au conseil Municipal de La Turballe du 6 septembre 2016, la mise en vente du camping municipal était abordée par le maire qui se disait en attente de l’estimation des domaines et prêt à étudier les différentes possibilités de gestion de ce bien public.

Au conseil suivant le 8 novembre 2016, la désaffectation, le déclassement du camping municipal et l’autorisation de mise en vente du foncier et du fond de commerce faisaient déjà l’objet de délibérations sans même que les différentes alternatives à cette vente (délégation service public, convention de gestion, vente du fond de commerce seul…) aient été présentées et étudiées par le conseil municipal.

On ne pouvait donc que dénoncer :

  • Sur le plan politique, l’aspect amoral de vendre un patrimoine aussi exceptionnel que ce terrain de 10ha face à la mer et en Zône Natura 2000 ; aussi précipitamment, sans réelle analyse, ni concertation, sans véritable mise en concurrence, et au prix de base des domaines.
  • Sur le plan juridique les défauts de procédure suivants :
    • défaut d’information des conseillers municipaux, que nous estimons être volontaire , afin de ne pas chercher de propositions alternatives à la vente du foncier.
    • défaut d’enquête publique concernant l’éventuel déclassement des voies communales menant du camping municipal à la plage.
    • désaffectation d’un bien publique encore exploité (mise à disposition par la mairie de la salle polyvalente des chardons bleus après le 8 novembre), déclassement de ce bien non désaffecté de fait, et par suite autorisation de mise en vente d’un bien publique non désaffecté, donc non déclassable.

Ces délibérations de désaffectation et déclassement du camping municipal ont donc fait l’objet d’un recours en annulation auprès du tribunal administratif, par un conseiller municipal de l’opposition Mr Jean-Yves PIQUET, et par un contribuable Turballais Mr Richard CENET, tous deux soutenus par l’association l’ART.

Il est important que tout acquéreur potentiel soit averti de ce recours.

Mais surtout que les Turballais sachent que la vente du terrain de camping, malgré ce recours non suspensif, pourrait entrainer pour la commune de La Turballe de graves risques financiers (remboursement du prix de la vente et de ses accessoires, des travaux effectués par l’acquéreur et potentiellement des dommages et intérêts).

En effet en cas d’annulation de ces délibérations par le tribunal administratif cela entrainerait automatiquement la nullité de cette vente.

Rédigé le 15 /01 /17 par MM Piquet et Cenet.

Voir les commentaires

Publié le par l'Autre Regard Turballais
Publié dans : #Articles

L’article de La Turballe Info (ci-dessous) nous satisfait pleinement car il reflète très bien la réalité et le ressenti de la majorité des patients et salariés de Pen-Bron et de la population turballaise contrairement aux propos plus convenus que l’on a pu lire ou entendre par ailleurs sur l’intérêt du déménagement du centre de rééducation à St-Nazaire.

Nous regrettons cependant au delà du silence habituel de notre maire de ne pas y trouver la parole d’élus de notre commune qu’ils soient de la majorité ou de la minorité alors que Pen-Bron était le 1er employeur Turballais, un acteur économique important et que beaucoup de questions sur l’avenir de ce site restent encore sans réponse sure.

  • Quelles seront les répercussions de ce départ ?
  • Comment nos élus envisagent t'il l’avenir de ce site ?
  • Quelles sont leurs propositions pour compenser ces emplois sur notre commune et éviter par conséquent le risque de déménagement des jeunes actifs Turballais pour se rapprocher de leur lieu de travail ?

En tant que candidats de la liste « Bien Vivre Ensemble » nous nous étions engagés sur un programme dans lequel nous souhaitions Protéger et valoriser le territoire de la commune et cela passait entre autre par être très attentifs au devenir du site de Pen-Bon et aux projets soutenus par l’association gestionnaire.

Certains d’entre nous ce sont personnellement impliqués dans ce centre : Monica POIVRET Présidente de l’A.R.T comme membre actif depuis 6 ans de l’association des amis de Pen-Bron et Sylvie COSTES Vice-Présidente de l'A.R.T, comme salariée pendant 20 ans et représentante des salariés pendant 10 ans pour une défense très active du maintien de cet établissement sur le site de Pen-Bron auprès de l’association gestionnaire, de l’A.R.S et des pouvoirs publics interpellés à ce sujet depuis les années 2000.

La délocalisation de ce centre vers St-Nazaire n’a malheureusement pu être empêchée.

Aujourd’hui nous souhaitons cependant réaffirmer qu’en tant qu’association de citoyens impliqués dans la vie publique de notre commune nous resterons très attentifs à l’évolution des projets d’avenir et à la protection de ce joyau turballais.

Le Bureau de l’A.R T.

Voir les commentaires

Publié le par l'Autre Regard Turballais
Publié dans : #Info

A l'aube de cette nouvelle année, nous vous présentons nos meilleurs vœux et nous espérons de tout cœur que vos souhaits, même les plus fous ou les plus impossibles, seront exaucés.

 

Bonne et heureuse année 2017.

L'Autre Regard Turballais

Voir les commentaires

Publié le par l'Autre Regard Turballais
Publié dans : #Info

Lors du dernier conseil municipal en date du 13 décembre, l'adjoint à la communication a reproché à l'ART d'avoir annulé un rendez-vous avec lui même et le maire. Ce rendez-vous pris par le bureau de l’ART avait pour objet d’échanger avec la municipalité sur les interrogations et les propositions de l’ART sur la vente du camping. Il a été annulé lorsque nous avons appris incidemment que la municipalité rencontrait les acquéreurs potentiels lundi soir avec l’ensemble des élus pour présenter leur projet.

La mairie avait donc déjà bien avancé sur la procédure de vente, et ne semblait donc ainsi pas disposée à étudier des propositions alternatives à la vente du camping en pleine propriété. L’ART n’avait donc aucune raison de maintenir ce rendez-vous qui semblait ne pas avoir grand intérêt aux yeux des élus de la majorité. Pour le moins il eut été correct de leur part de nous signaler qu’une rencontre avec les acquéreurs était prévu 2 jours plus tôt.

Monsieur ROY a fend d’ignorer que ce rendez-vous avait pour objet le camping municipal et s’est indigné de son annulation par l’ART.

Afin de rétablir la vérité voici la copie du mail envoyé à la mairie en date du 3 décembre et la pièce annexée.

Le mail :

Monsieur,

Suite à notre échange de vendredi soir dernier nous vous confirmons par ce mail notre demande de rencontre avec vous même et MR le MAIRE afin de pouvoir échanger directement et sans l'intermédiaire des médias sur notre point de vue concernant la vente du camping municipal.
Nous pensons que cette rencontre permettra une meilleure compréhension de nos propositions qui n'ont d'autre but, soyez en persuadez, que de trouver les solutions les meilleures pour notre commune et ce sans recherche de polémique stérile.
Nous avons suite aux derniers articles d’Ouest France demandé à ce qu'un démenti soit fait concernant les propos qui nous sont attribués et qui ne reflètent pas notre discours lors de notre conférence de presse.
Nous vous communiquons les mails que nous avons envoyés à la rédaction d’Ouest France.
Nous sommes persuadées qu'avec une meilleure communication entre nous la compréhension de nos attentes respectives en sera facilité et le travail de chacun plus constructif.
Dans l'attente de vous lire
Veuillez agréer, Monsieur, nos sincères salutations

Mme POIVRET
Présidente de l'ART

Pièce jointe au mail « réponse à Ouest France »

 

La réponse de la mairie aux interrogations de l'ART sur la vente du camping municipal dans le ouest France du 2 décembre dernier comporte des propos attribués à l'ART mensongés et contradictoires avec ceux de l'article du 27-28 novembre dernier.
En effet dans l'article du 27-28 novembre il avait été repris ce que l'ART a expliqué lors de la conférence de presse, à savoir après enquête auprès de campings de la région, la possibilité de vendre le fond de commerce du camping avec un bail commercial de location du foncier pour un montant potentiellement non négligeable. L'acquisition des mobil-homes est à la charge de l'exploitant du camping et le loyer payé au propriétaire du terrain augmente avec le nombre de mobil-homes du fait de l'augmentation potentielle du CA.
Dans l'exemple énoncé le camping comporte 150 emplacements avec mobil-homes, l'exploitant a acheté le fond de commerce pas le foncier, le loyer annuel est de 240 000 €.
Concernant le camping municipal de la Turballe le terrain comporte 300 emplacements nus et 10 bungalows, outre la vente du fond de commerce estimé à 650 000 €, le loyer pourraient donc au départ être inférieur à celui du camping pris en exemple mais augmenterait au fur et à mesure de l'achat de mobiles-homes par l'exploitant qui pourrait être limité à 150 afin de garder des emplacements nus accessibles à un plus grand nombre. Le montant du loyer pourrait au final atteindre voir dépasser les 250 000 € annuel, ce qui au bout de 16 ans (la durée habituelle d'amortissement étant autour de 20 ans) aurait rapporté autant que les 4 000 000 € de vente du foncier estimé par les domaines.
Ces loyers permettraient à la commune d'investir dans d'autres projets, sans se défaire de son patrimoine foncier remarquable et sans comme l’expose la mairie devoir investir 7,5 millions d'euros dans l'achat de mobil-homes puisque cet investissement est fait par l'exploitant du camping qui en assume également l'entretien. La mairie ne garderait alors à sa charge que l'entretien du gros œuvre du foncier dont elle reste propriétaire.
L'ART demande donc le démenti des propos qui lui sont attribués dans le dernier article et l'ajout de l'explication donnée lors de la conférence de presse afin de rapporter avec exactitude le sens de ses propositions.
Enfin pour conclure l'ART n'a jamais dit que l'estimation des domaines n'était pas à prendre en considération mais qu'elle devait être un prix de référence à ne pas dépasser à la baisse et que par le biais d'un appel d'offre avec mise en concurrence on aurait pu espérer obtenir des propositions plus élevées que ce soit pour le foncier ou le fond de commerce.
Ce qui interroge c'est la procédure utilisée et le fait que les propositions reçues avant l'annonce de l'estimation des domaines correspondent exactement à cette estimation.

Le 8 décembre la Mairie nous a proposé un rendez-vous pour le 14.

 

Rendez-vous que nous avons annulé le 12 et dont vous pouvez prendre connaissance ci-dessous.

Monsieur le MAIRE,

Nous venons d’apprendre que ce soir vous réunissez l'ensemble des élus afin de choisir le futur acquéreur du camping municipal.
Nous vous avions envoyé par mail nos différentes interrogations afin de pouvoir échanger dessus sans l'intermédiaire des médias, ceci dans un esprit constructif et non polémique dans l'intérêt de notre commune.
Vous semblez ainsi vouloir précipiter la vente de ce bien exceptionnel de la commune, malgré les réactions de nombres de vos concitoyens via la pétition qui vous a été transmise, le questionnement des élus de l'opposition et de notre association sur le bien fondé de cette vente, la procédure utilisée et les conditions de la vente.
Notre rencontre de mercredi n'a donc plus raison d'être mais croyez bien que nous ne restons pas sans agir et que nous continuerons à œuvrer avec les Turballais dans l'intérêt de notre commune.

Mme POIVRET
Présidente de l'ART

Voir les commentaires

Publié le par l'Autre Regard Turballais
Publié dans : #Info

Comportement inadmissible de Monsieur le Maire de La Turballe.

 

Voir copie du courrier en PDF remis à Monsieur Branchereau.

Séance du CCAS du 07 novembre 2016

Ce courrier fait suite à l'article concernant la Résidence des Vignes paru le 12 octobre dernier sur ce blog.

Voir les commentaires

Publié le par l'Autre Regard Turballais
Publié dans : #Info

Copie du courrier remis ce jour 8 novembre à Monsieur le Maire de La Turballe avant le Conseil Municipal de ce soir.

Merci à vous tous.

Voir les commentaires

Publié le par l'Autre Regard Turballais
Publié dans : #Info

Nous avons lancé une pétition pour garder notre camping municipal "Les Chardons Bleus"

Vous pouvez cliquer sur le lien ci-dessous et signer la pétition en mettant vos coordonnées et vos commentaires éventuels.

Partagez cette pétition autour de vous.

Article sur le camping municipal " Les Chardons Bleus"

http://www.lautreregardturballais.fr/2016/10/camping-municipal.html

Voir les commentaires

Publié le par l'Autre Regard Turballais
Publié dans : #Actualités

Quel avenir pour la résidence intermédiaire des vignes ?

Résidence des Vignes

Depuis plusieurs semaines les conversations vont bon train au sein de cette résidence suite aux réunions organisées par l'adjointe aux affaires sociales Mme ELAIN, concernant la participation financière des résidents pour des activités d'animation.

En effet depuis le 1er janvier 2016 il n'y a plus d'animatrice faute de participation financière et physique des résidents. Mme ELAIN a mis la pression sur les locataires pour qu'ils s'engagent financièrement à hauteur de 35.00 € par mois pour le projet d'animation de cette résidence intermédiaire à savoir 4h30 répartis sur 2 après-midi par semaine.
Or lors de sa mise en service le CCAS aurait rencontré des difficultés pour louer l'ensemble des appartements à des personnes répondant aux critères d'âge et de revenus prévus initialement.

C'est pourquoi comme nous l'écrivions dans notre article du 15 juin 2015 :

"Pour que cette résidence prenne toute sa place, il faudrait que la politique sociale soit cohérente et que chaque dispositif du CCAS (commission d’attribution logements sociaux, commission personnes âgées), soit utilisé de manière à ce que cette résidence réponde aux besoins pour lesquels elle a été conçue : l’accueil des personnes âgées et non un nouveau collectif social dont le projet de vie ne correspond pas à celui d’une résidence intermédiaire pour personnes âgées".

Résidence des Vignes

Aujourd'hui ce qui était à craindre se produit : les locataires actuels ne sont pas tous en phase avec le projet initial de cette résidence. Le CCAS n'a pas pris la précaution d'adjoindre au contrat de bail un contrat de service obligeant les résidents à financier l’animation prévue. De telle sorte que nombre de locataires se refusent à payer ce service.
Mme ELAIN a pendant les réunions enjoint les personnes non intéressées à demander leur mutation vers d'autres logements et explique que s'il n'était pas mis en place, la résidence deviendrait une résidence sociale ouverte à tout public. Elle pose aujourd'hui un ultimatum par l'envoi d'un questionnaire duquel découlera la décision de la mise en place ou non de ce service.

Plusieurs questions se posent :

  • Pourquoi un contrat de service n'a pas été annexé au bail des locataires ?
  • Quel sera le coût réel du service si un faible nombre de locataire répond favorablement à sa mise en place ?
  • Quels seront les répercussions pour les personnes âgées venues dans cette résidence pour y trouver les services d'une résidence intermédiaire ?
  • Quels solutions envisagées ?

Il serait peut être bon de faire un questionnaire auprès de ces résidents pour connaître leurs attentes, leurs besoins et comment y répondre au meilleur coût. L'animation n'est peut être pas la meilleure réponse. Pourquoi ne pas envisager plutôt une sorte de gardiennage répondant plus à des problématiques de logistique.
Ne serait-il pas envisageable de délocaliser les services du CCAS dans leurs locaux ce qui permettrait de répondre à certaines problématiques administratives et au paiement du loyer des locaux réservés à l'animation et ceux non occupés. Le sujet est d'importance car il en va du projet de vie de personnes âgées ayant souhaité trouver au sein de cette résidence des services d'accompagnement.

Quel amateurisme !!!

Voir les commentaires

Publié le par l'Autre Regard Turballais
Publié dans : #Actualités

La braderie Turballaise continue ...

Après le commerce de la place du marché, l'Office de Tourisme, l’école Saint-Pierre, voilà que la municipalité veut vendre notre camping municipal. Voir l'article ci-dessous.

Quel est l'intérêt de dilapider ainsi le patrimoine communal si ce n'est de récupérer de la trésorerie pour satisfaire ses ambitions de construire une salle polyvalente à un prix exorbitant avec un coût de fonctionnement - qui lui - ne sera pas payé par la vente du camping mais par l'augmentation inévitable de nos impôts ?

Ce camping ne possède t'il pas une salle qui permet à la municipalité ainsi qu'aux Turballais d'organiser des événements à un coût très raisonnable et avec en plus une capacité d'hébergement.

Même si le camping municipal n'a pas atteint les objectifs de remplissages des autres années, il semble qu'il s'autofinance tant en fonctionnement qu'en investissement et permet la création d'emplois saisonniers et le maintien d'agents territoriaux titulaires.

Beaucoup de Turballais sont désorientés par la gestion municipale et la mauvaise entente qui semble régner au sein de cette équipe entrainant une ambiance déplorable à la mairie. Ceci est préjudiciable aux agents municipaux mais aussi à la qualité du service public et à l'avenir de notre commune.

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 > >>